camping sauvage application guide conseils astuces

Notre guide du camping sauvage

De nos jours, il n’est pas difficile de trouver des conseils sur le camping sauvage. C’est devenu un peu un mot à la mode dans le monde de l’aventure mais trouver des conseils de camping sauvage qui valent vraiment la peine d’être suivis est une autre chose.

Avant de nous plonger dans nos conseils et astuces pour le camping sauvage, nous avons pensé qu’il serait utile de passer rapidement en revue les bases. Chez Bayou, nous avons toujours vos intérêts et votre prochaine aventure à cœur, alors nous sommes là, les bras grands ouverts, notre porte d’entrée ouverte, vous invitant à prendre une tasse de thé et prêts à vous donner tous nos conseils sur le camping sauvage pour vous aider.

Faire du camping sauvage pour la première fois peut être une expérience un peu intimidante mais c’est en fait incroyablement simple une fois que vous savez ce que vous faites et plus vous en faites, plus vous trouverez de conseils de camping sauvage en cours de route. Voici quelques conseils pour vous aider à démarrer…

guide camping sauvage

Qu’est-ce que le camping sauvage ?

Le camping sauvage est un terme général qui englobe à peu près tous les types de camping en dehors des limites d’un camping ordinaire. Le camping sur un terrain de camping, dans votre jardin (nous sommes tous passés par là) ou dans un festival de musique est un camping classique. Camper suffisamment près d’un autre endroit est du camping sauvage.

Si vous plantez votre tente dans un camping, vous la laissez normalement quelques jours au même endroit, alors que la beauté du camping sauvage est que vous pouvez passer la plupart de la journée à faire de la randonnée dans la nature, puis planter votre tente du coucher au lever du soleil avant de passer à l’emplacement suivant, tout en vous sentant comme un ours de tous les jours.

Le camping sauvage est-il légal ?

Les règles du camping sauvage diffèrent d’un pays à l’autre. Au Royaume-Uni, le camping sauvage est légal dans la majorité des régions d’Écosse mais les campeurs sont encouragés à suivre le code d’accès à l’extérieur. Ce code énonce certains points fondamentaux mais essentiels pour le camping sauvage, comme l’enlèvement de tous vos déchets et de tout vestige de votre tente ou de tout feu utilisé après le camping, ce que l’on appelle communément “ne laisser aucune trace” dans la communauté du camping et des activités de plein air.

Le code précise également que le camping doit être pratiqué en petit nombre, que vous ne devez rester sur un lieu donné que pour deux ou trois nuits et que vous devez camper de manière à ne poser aucun problème aux agriculteurs et à vous tenir à bonne distance des bâtiments, des routes ou des structures historiques. Bien que ce code particulier soit écrit pour le camping sauvage écossais, les conseils de camping sauvage qu’il donne peuvent être considérés comme une bonne pratique partout où vous choisissez de camper à l’état sauvage.

Ailleurs au Royaume-Uni, le camping sauvage est malheureusement largement illégal – sauf dans certaines parties de Dartmoor, hourra pour Dartmoor ! et il est recommandé de demander l’autorisation au propriétaire du terrain pour planter votre tente. Dans les régions éloignées, cependant, le camping sauvage est souvent toléré si vous ne laissez aucune trace.

Vous trouverez des lois similaires en Irlande, en France, en Espagne et au Portugal. En Allemagne et en Italie, le camping sauvage est encore moins bien accepté mais dans les pays scandinaves, en Norvège, au Danemark et en Suède, le droit d’accès commun est en vigueur, de sorte que vous pouvez camper à l’état sauvage en pleine nature mais seulement pour une nuit. Vous devez être à pied et à plus de 150 m de toute maison habitée.

En Amérique du Nord, les terres appartiennent à une combinaison complexe de gouvernements nationaux, étatiques et locaux, ainsi qu’à des propriétaires privés. C’est donc vraiment au cas par cas et en Australie et en Nouvelle-Zélande, le camping est légal dans de nombreux endroits et largement encouragé mais certains environnements sont interdits et étroitement surveillés et vous devez donc être prudent.

Comme vous pouvez le constater, les réglementations en matière de camping sauvage varient énormément d’un pays à l’autre, ce qui nous amène à notre premier conseil sur le camping sauvage…

Conseils et astuces pour le camping sauvage

Conseil 1 : Recherchez votre emplacement de camping sauvage avant de partir

Les lois sur la légalité du camping sauvage diffèrent tellement d’un endroit à l’autre que vous devez vraiment commencer par le début à chaque nouvel emplacement où vous voulez planter votre tente. Même en Écosse, où le camping sauvage est légal, il existe des exceptions. En 2017, une loi a été introduite qui a eu pour conséquence que des segments entiers de la côte ouest du Loch Lomond étaient désormais interdits aux campeurs sauvages en raison des déchets et du “comportement antisocial” (c’était une décision très controversée à l’époque !), donc même si vous pensez que tout ira bien, cela vaut la peine de vérifier deux fois.

Voir des animaux sauvages est une grosse tique mais il est irritant de constater que les animaux sauvages sont une grosse croix rouge.

Vous pouvez vous attirer quelques ennuis en campant là où vous n’êtes pas autorisé, ou pire encore, vous faire infliger une amende par la police ou les autorités locales mais une recherche rapide sur Google devrait révéler si le camping sauvage est légal ou non dans la région que vous visez et vous obtiendrez sans doute d’autres conseils précieux de la part d’experts locaux pendant votre séjour. Vous pouvez également trouver un groupe Facebook local axé sur les activités de plein air dans la région que vous visez, ou appeler un centre de plein air local, car non seulement il pourra vous informer sur la légalité de tout cela mais il pourra également vous donner des conseils et des astuces spécifiques sur le camping sauvage local.

C’est ainsi que vous découvrirez que l’endroit où vous espériez camper accueillera généralement des rafales de 90 km/h la nuit, ou que la plage que vous aviez à l’œil a une ligne de marée étonnamment haute…

Conseil n°2 : mettez vos aliments dans des récipients spéciaux et mettez les emballages dans la poubelle  avant de partir

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles c’est une bonne idée de camping sauvage. La première est que cela signifie que vous aurez moins d’emballages jetables avec vous et donc plus de place dans votre sac. C’est simple. La deuxième est liée à la faune. Il est particulièrement important de se préoccuper de la faune si vous campez dans un parc national ou dans un grand espace ouvert où vivent de nombreux animaux différents.

Vous ne voulez pas vous réveiller au milieu de la nuit en voyant un orignal se cogner la tête dans votre tente, n’est-ce pas ? Ou de finir à la une de Buzzfeed pour avoir accidentellement effrayé une buse indigène rare dont vous ignoriez l’existence ?

Un bon conseil pour le camping sauvage est d’apporter des récipients fiables et scellables, même si la nourriture que vous avez apportée est déjà emballée. Les animaux, en particulier les plus grands d’Amérique du Nord, n’auront aucun problème à monter dans votre tente pour voir ce qui se passe s’ils peuvent sentir l’odeur de la nourriture. Il existe même un marché en ligne pour les récipients de stockage à l’épreuve des ours, ce qui prouve qu’il ne s’agit pas seulement d’un conseil de camping sauvage mais d’une industrie du camping sauvage !

La prise en compte des sites naturels locaux et de la manière de camper en toute sécurité est l’un des facteurs les plus importants et souvent oublié, lors de la planification d’un voyage de camping sauvage. Voir des animaux sauvages est une grosse tique mais il est irritant de constater que les animaux sauvages sont une grosse croix rouge, avec des retenues et la possibilité de devoir repasser votre test de camping sauvage (qui, pour être clair, est une chose entièrement fictive).

Conseil n°3 : assurez-vous d’être loin de la source d’eau lorsque vous avez besoin de toilettes

Le savoureux conseil de camping sauvage que vous attendez tous – que dois-je faire exactement avec mes déchets humains ? C’est une question naturelle. Une question que vous pensiez probablement avoir résolue pour de bon lorsque vous avez commencé à utiliser le pot à l’âge modeste de deux ans. Mais maintenant, le voilà de retour pour faire sauter sa sale tête.

Le conseil le plus important pour se soulager dans la nature, c’est de le faire avec considération. Assurez-vous d’être au moins à 50 mètres de toute source d’eau proche, pour le bien de toute la faune locale (humaine et animale) et creusez un trou dans le sol d’environ 15-20 cm. Assez pour le recouvrir correctement.

L’inconvénient regrettable de faire caca dans la nature est qu’il ne faut pas laisser de papier toilette dans le sol avec les déchets, car ceux-ci mettront beaucoup de temps à se décomposer et seront probablement, à un moment donné, trouvés et déterrés par un pauvre animal. Vous devez le transporter avec le reste de vos déchets. Une bonne astuce de camping sauvage consiste à apporter des sacs refermables, idéalement compostables ou dégradables, pour le papier que vous utilisez, afin de vous assurer qu’il n’y aura pas d’odeur de pourriture provenant de votre sac à dos.

Conseil n°4 : faites d’un filtre à eau votre nouveau meilleur ami

Lorsque vous êtes en plein air, en randonnée toute la journée, vous allez avoir besoin de boire de l’eau mais plus vous restez dehors, plus cela peut être difficile – car vous allez aussi forcément en manquer.

L’astuce du camping sauvage consiste à se procurer un système de filtration de l’eau. Il en existe plusieurs sur le marché, le plus connu étant le LifeStraw. Cela signifie que vous pouvez récupérer l’eau de n’importe quelle vieille rivière et la boire en toute sécurité, sachant qu’elle est exempte de bactéries. Mais si vous avez bien suivi la troisième étape, l’eau devrait au moins être exempte de tout déchet humain.

Conseil n°5 : apportez un réchaud de camping à gaz

L’idée d’allumer un grand feu à ciel ouvert dans la nature est assez rêvée, nous le savons. Après tout, ce sont nos pouces opposables et notre capacité à faire du feu qui ont distingué l’humanité des autres mammifères et nous ont permis de construire des maisons et des villes et de créer des emplois et – peut-être que ce n’était pas une si bonne idée après tout… en tout cas ! Si les feux à ciel ouvert sont charmants, ils peuvent être dangereux dans la nature et peuvent entraîner la combustion de petites ou de vastes parties de l’environnement local.

En apportant un réchaud à gaz avec vous, vous vous assurez de ne laisser aucune trace pendant que vous cuisinez. Il existe aujourd’hui sur le marché des options très intéressantes et peu coûteuses, dotées de dispositifs coupe-vent et de régulateurs qui les rendent bien plus fiables pour préparer votre café du matin qu’un feu ouvert.

Conseil n°6 : une carte et une boussole sont imbattables

Les téléphones portables sont très bien, surtout pour la navigation et les situations d’urgence mais ils ont aussi une autonomie de batterie tristement faible.

Si vous voulez continuer à utiliser votre téléphone plus longtemps que la normale, il existe de nombreuses options de chargeurs portables que vous pouvez emporter en camping sauvage – nous vous recommandons d’en chercher un qui fonctionne à l’énergie solaire (le panneau solaire et le chargeur Nomad 7 de Goal Zero sont les préférés) mais en fin de compte, vous ne pouvez pas battre la fiabilité et la liberté de poids, d’une carte et d’une boussole.

Assurez-vous simplement et on ne le soulignera jamais assez – que vous savez vous en servir ! Il s’agit moins d’une astuce de camping sauvage que d’un essentiel de camping sauvage.

Conseil n° 7 : voyagez aussi léger que possible

Notre dernière astuce de camping sauvage est l’une des plus importantes.

Lorsque vous choisissez une tente pour le camping sauvage, vous voudrez qu’elle soit aussi légère et solide que possible. Vous remarquerez que les campeurs et les randonneurs chevronnés auront des tentes faites sur mesure à cet effet, elles seront normalement petites, avec peu d’espace à l’intérieur sauf pour dormir mais ne pèseront presque rien tout en restant indestructibles.

Pour éviter la claustrophobie si c’est votre premier voyage de camping sauvage, vous voudrez peut-être commencer avec quelque chose d’un peu plus spacieux et voir comment vous vous en sortez mais n’apportez pas la lourde tente de votre père pour huit personnes dans les collines. Vous le regretterez dans l’heure qui suivra le début de la randonnée.

La lumière de voyage est probablement la chose la plus importante à retenir lorsque vous ramassez votre matériel – qu’il s’agisse de quelque chose de petit comme la lampe frontale ou l’insecticide ou de quelque chose de plus grand comme le sac de couchage, le tapis ou la tente. Chaque gramme s’additionne et moins vous pouvez en transporter, plus votre randonnée sera agréable. Et ce n’est pas tant une astuce de camping sauvage qu’un sage conseil mais veillez à bien vous équiper aussi, en plaçant les objets les plus lourds au fond pour vous aider.

Au fur et à mesure que vous prendrez de l’assurance et que vous vous familiariserez avec le plein air, un bivouac, alternative bon marché et légère à une tente qui vous permet de dormir à la belle étoile, deviendra de plus en plus attrayant aussi…

Si vous recherchez un endroit où le camping sauvage est différent, n’oubliez pas de télécharger notre application !

Partager

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Fermer le menu
×
×

Panier